Chez les personnes ayant déjà eu le Covid, un délai « de préférence » de 6 mois avant la vaccination est recommandé

Pour celles et ceux qui ont déjà contracté le Covid-19, la vaccination doit être envisagée au moins 3 mois après l’infection, et de préférence après 6 mois, recommande la Haute autorité de santé (HAS). De plus, pour les personnes immunisées post-infection, une seule injection du vaccin suffit.

Les personnes immunocompétentes ayant fait une infection datée par le Sars-CoV-2 (symptomatique ou non), prouvée par une PCR ou un test antigénique, « doivent être considérées comme protégées pendant au moins 3 mois mais plus probablement 6 mois, contre l’infection par le Sars-CoV-2 par l’immunité post-infectieuse ». A partir du moment où, comme le montrent différentes études, les anticorps neutralisants induits par l’infection sont toujours présents, « il n’est pas utile de vacciner avant ce délai » de 6 mois, a expliqué Elisabeth Bouvet, présidente de la commission technique des vaccinations (CTV).

La haute autorité estime qu’il n’est « pas pertinent » de faire des sérologies à toutes les personnes n’ayant pas d’infection documentée -pour savoir si elles auraient déjà été infectées sans le savoir- avant de faire la vaccination. Mais si jamais elles ont une sérologie positive, il faut alors faire partir le délai de 3-6 mois à la date de la sérologie.

Deux exceptions à la règle d’une seule dose :

  • Les personnes immunodéprimées -notamment celles qui ont un traitement immunodépresseur chronique après une greffe- ont une réponse immunitaire de moins bonne qualité et ainsi, même si elles ont été infectées auparavant, il est recommandé de leur donner les 2 doses de vaccin.
  • Les personnes infectées après la première dose du vaccin. Dans ce cas, il est recommandé de faire la 2e dose, mais en allongeant le délai à 3 à 6 mois.

Par ailleurs, les personnes qui présentent des symptômes de façon persistante après l’infection par le Sars-CoV-2 (cette question du « Covid long » faisant d’ailleurs l’objet d’un autre avis de la HAS, cf dépêche du 12/02/2021 à 17:09 ) n’ont « pas d’obstacle » à la vaccination, a indiqué Elisabeth Bouvet. Cela peut toutefois être discuté avec un spécialiste au cas par cas.

 

Sources : APM News, HAS

 


< Retour à la revue de presse