Covid

Le nombre de tests de diagnostic repart à la hausse mi-mai

Le nombre de tests de diagnostic du Covid-19  a augmenté d’environ 8% (à 2.585.000 tests RT-PCR et antigéniques la semaine du 17 au 23 mai en France) – notamment grâce au rebond des tests salivaires. La Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) l’explique et le détaille dans son bilan hebdomadaire publié jeudi.

La semaine précédente, le nombre de tests avait diminué, avec la fermeture des établissements scolaires lors de l’Ascension. En effet, les tests RT-PCR salivaires sont majoritairement réalisés par des enfants âgés de 4 à 11 ans dans le cadre de campagnes de dépistage dans les établissements scolaires. « Ainsi, la dynamique du nombre de tests fluctue avec les ouvertures et les fermetures des établissements scolaires», a rappelé la direction du ministère des solidarités et de la santé.

A la réouverture des écoles, le nombre de tests validés est en légère hausse pour toutes les tranches d’âge, bien que  » nettement plus marquée » chez les jeunes de 15 ans ou moins, a observé la Drees. A noter que le résultat de la quasi-totalité des tests (99%) a été validé le jour ou le lendemain du prélèvement, contre 98% la semaine précédente.

Les tests salivaires représentent moins de 10% des tests réalisés dans près de la moitié des départements, et moins de 20% dans près de 9 départements sur 10.
Les données du système d’information de dépistage SI-DEP, alimenté par les laboratoires d’analyse médicale, sont utilisées pour produire ces évaluations, rappelle APM News.

Source : APM News, DRESS

Publié par lsp dans COVID 19 : actualités

En France, moins de 3000 patients en réanimation

Ce dimanche, la France décomptait moins de 3000 patients Covid-19 en réanimation : une première depuis janvier. Le nombre de cas quotidiens diminue lui aussi, avec 8 541 nouveaux cas recensés ces dernières 24 heures, soit 8 921 cas par jour en moyenne sur les 7 derniers jours (contre une moyenne glissante de 9 087 cas la veille, et de 12 877 cas il y a une semaine).

Une bonne nouvelle a tempérer néanmoins, car il y a un an, avant l’apparition des différents variants, seulement 1325 patients étaient en réanimation à cause du Covid-19. Ainsi, la campagne vaccinale continue (+ de 25 millions de personnes ont reçu une injection, dont + 10 millions de personnes ayant reçu 2 doses.) – et se généralise dès aujourd’hui à l’ensemble de la population majeure.

Sources : Santé Publique France, France Info,

 

Publié par lsp dans COVID 19 : actualités

TousAntiCovid permet dorénavant de présenter un certificat de test ou de vaccination

L’application de lutte contre le Covid-19, TousAntiCovid intègre dorénavant une fonction « carnet » qui permet de présenter un résultat de test et une preuve de vaccination certifiés. Cédric O, le secrétaire d’Etat chargé de la transition numérique, a expliqué les avantages de ce « carnet » lors d’une conférence de presse lundi 19/04/21. Cette fonctionnalité est progressivement disponible pour les résultats de tests, et le sera à partir de demain, jeudi 29 avril pour le certificat de vaccination.

En pratique

Les personnes ayant réalisé un test antigénique ou RT-PCR recevront, en plus du résultat du test communiqué par le préleveur, un SMS ou un email leur permettant de se connecter à Sidep (Système d’Information de DEpistage Populationnel) et d’y récupérer un certificat. Ce certificat se présentera sous la forme d’un PDF, qui intégrera un QR code de type datamatrix. Un système similaire permettra de récupérer le certificat de vaccination via le portail Ameli de l’assurance maladie.

Ce système présente deux avantages : les certificats de test et de vaccination sont « infalsifiables », qu’ils soient imprimés, au format PDF ou sous forme de datamatrix dans l’application. Il offre également une « rapidité de lecture » aux autorités qui seront amenées à les vérifier.

Ce système pourra être utilisé au passage des frontières au sein de l’Union Européenne, et pour les déplacements vers l’outre-mer ou la Corse, et « uniquement à ces fins », a indiqué Cédric O. Aucune obligation d’utilisation de TousAntiCovid-carnet n’est prévue, même dans les cas où présenter un test récent est obligatoire.

La police, les douanes et les compagnies aériennes seront équipées d’une application permettant de lire le datamatrix, baptisée TousAntiCovid-Vérif, ont précisé le cabinet de Cédric O et la direction générale de la santé (DGS) lors du même point presse. En lisant le QR code, « elles verront tout ce qui est sur le [certificat] PDF, comme l’a demandé la Commission Européenne », c’est-à-dire l’état civil, la date de naissance, le type de test et le résultat du test. Il n’a pas été précisé si des informations sur le type de vaccin seront lisibles.

« Toutes les informations sont stockées en local sur le téléphone de l’utilisateur, comme pour les attestations de déplacement », et aucune information relative aux tests ou à la vaccination n’est remontée au serveur de TousAntiCovid, a-t-on ajouté. Lors d’un contrôle, aucune donnée de santé n’est stockée par l’application TousAntiCovid-Vérif, elle vérifie simplement la signature du certificat auprès du serveur. Cette nouvelle fonctionnalité est conforme aux décrets Sidep, Vaccin Covid et TousAntiCovid actuels, a-t-on indiqué de même source. La Cnil et le service juridique de la DGS ont été interrogés à ce sujet.

Test négatif de moins de 72h ou certificat de vaccination pour se déplacer dans l’UE

« Ces travaux s’inscrivent dans le cadre du certificat vert européen », a indiqué Cédric O, qui doit s’entretenir « dans les jours qui viennent » avec le commissaire chargé de l’industrie et du tourisme, Thierry Breton. La philosophie de la Commission Européenne est que « chaque pays développe son système, mais que tous soient interopérables ». La Commission a demandé aux Etats-membres « d’être prêts le 17 juin ».

Pas d’utilisation pour les commerces ou restaurants

L’utilisation de ce système « n’est pas envisagée pour des applications quotidiennes telles que l’accès à des restaurants ou des commerces », a précisé Cédric O. Des « discussions gouvernementales » sont en cours pour les événements de type concerts, festivals ou salons.

Source : APMnews

Publié par lsp dans COVID 19 : actualités

Psychiatrie : les établissements sollicités pour mesurer l’impact du Covid-19 sur la santé mentale

Les établissements autorisés en psychiatrie sont sollicités par l’Agence technique de l’information sur l’hospitalisation pour faire remonter leur activité réalisée aux urgences, leur file active et son renouvellement, ainsi que le taux d’occupation des lits, afin de mesurer l’impact de l’épidémie de Covid-19 sur l’état psychologique des Français.

Selon une note technique sur le dispositif mis en œuvre pour organiser des remontées régulières d’informations sur l’activité des établissements autorisés en psychiatrie, diffusée récemment par l’ATIH, « le contexte sanitaire actuel de la pandémie de Covid-19 dure maintenant depuis plus d’un an et des mesures restrictives, visant à limiter la propagation du virus, sont toujours en cours. Ces mesures impactent l’état psychologique des Français ». Les informations utiles en provenance des établissements définies par la DGOS visent à suivre régulièrement l’impact de la crise sanitaire Covid-19 sur l’offre de soins en santé mentale et en psychiatrie.

Quatre indicateurs ont été choisis pour assurer ce suivi. Tout d’abord, les prises en charge réalisées dans les structures d’urgences psychiatriques des établissements (CPOA – centres psychiatriques d’orientation et d’accueil, CAC – centres d’accueil et de crise et autres structures d’accueil et d’urgence en psychiatrie), avec le détail de la file active des patients vus en service d’urgence psychiatrique et le nombre d’actes, la file active, les journées d’hospitalisation et les taux d’occupation des CAC, et la file active des patients vus en services d’urgence MCO (médecine, chirurgie, obstétrique) par les équipes de liaison et le nombre d’actes. Deuxième indicateur, la file active des prises en charge en hospitalisation à temps plein, à temps partiel, en ambulatoire, avec le nombre de patients différents pris en charge en psychiatrie à temps plein ou à temps partiel dont en hôpital de jour, et en ambulatoire. Troisième indicateur, le taux d’occupation des lits en hospitalisation temps plein. Enfin, un dernier indicateur : les nouveaux patients, c’est-à-dire ceux pour lesquels aucune prise en charge (acte ou séjour) n’a été enregistrée au cours de l’année précédente, et le calcul d’un indicateur en pourcentage de la file active à temps plein, à temps partiel, en ambulatoire.

Afin de pouvoir procéder au calcul de ces indicateurs, le dispositif mis en œuvre permet la remontée de 40 variables : 20 pour les adultes et 20 pour les enfants. Une plateforme spécifique a été construite pour permettre le recueil des informations nécessaires dans le cadre des remontées régulières de l’activité en psychiatrie.
La première remontée d’informations est attendue ce jour.

Source : APMnews

Publié par lsp dans COVID 19 : actualités

Test Covid antigéniques : la HAS favorable au remboursement

Le collège de la Haute autorité de santé s’est prononcé le 16 avril en faveur de l’inscription sur la liste des actes et prestations remboursables par l’Assurance maladie des tests antigéniques automatisés de détection du Sars-CoV-2.

Ces tests sont, selon la HAS, différents des tests unitaires rapides (tests de diagnostic rapide – TDR) et des tests rapides d’orientation diagnostique (Trod). Il s’agit ici de tests automatisés tels que les tests immunochimiques en plaque (ELISA) ou en milieu liquide avec détection par chimiluminescence (CLIA). Les prélèvements, qui « sont à haut débit et fonctionnent avec un système de lecture automatisé (plateformes intégrées automatisées), ont uniquement vocation à être réalisés en laboratoire de biologie médicale », note la HAS.

Sur la base de l’analyse critique de la littérature (5 études retenues) et de la position de la Société française de microbiologie (SFM), le collège de la HAS donne un avis favorable au remboursement par l’assurance maladie de la détection antigénique automatisée du Sars-CoV-2 sur prélèvement nasopharyngé, estimant qu’elle présente un service attendu suffisant. Les performances de ces tests sont « satisfaisantes pour les patients symptomatiques et les personnes asymptomatiques (personnes contacts ou en situations de dépistage ciblé à large échelle) », rapporte la HAS, tout en rappelant que « la RT-PCR sur prélèvement nasopharyngé demeure le test le plus performant ».

Les indications des tests antigéniques automatisés sont les suivantes :

  • chez les patients symptomatiques et pour les cas-contact asymptomatiques: ils sont indiqués en seconde intention lorsque des effectifs importants doivent être testés et que la RT-PCR n’est pas disponible ;
  • chez les personnes asymptomatiques en situation de dépistage : ils sont indiqués en seconde intention en cas d’indisponibilité de la RT-PCR lors de dépistages ciblés à large échelle, lorsque des effectifs importants doivent être testés (par exemple : analyse de clusters importants).

La HAS ajoute que les tests antigéniques automatisés, qui nécessitent un prélèvement nasopharyngé, ne sont pas indiqués pour les dépistages itératifs.

Source : APMnews

Publié par lsp dans COVID 19 : actualités