professionnel de santé

Covid-19: les vétérinaires, manipulateurs radio, étudiants en santé, dentistes et techniciens de laboratoires pourraient bientôt vacciner les Français

La Haute autorisé de santé (HAS) s’est déclarée favorable à l’élargissement de la vaccination contre le Covid-19 à d’autres professionnels de santé comme les vétérinaires, les manipulateurs radio, les étudiants en santé, les chirurgiens-dentistes et les techniciens de laboratoires, ainsi que d’autres catégories de pharmaciens afin d’accélérer la campagne vaccinale.

Après les médecins, sages-femmes, infirmiers et pharmaciens d’officine, d’autres professionnels de santé pourraient bientôt vacciner les Français contre le Covid-19. Jeudi 25 au soir, Olivier Véran, avait annoncé l’entrée des étudiants en santé dans la boucle et l’autorisation de prescrire les vaccins par les infirmiers.

Saisie dans le cadre d’un projet de décret d’état d’urgence sanitaire visant à augmenter le nombre de professionnels habilités à pratiquer des vaccinations contre le Sars-CoV-2, la HAS recommande, dans son avis, de donner la possibilité aussi « aux pharmaciens mutualistes et des secours miniers et aux chirurgiens-dentistes » d’administrer les vaccins en ville et dans les centres de vaccination.

Elle préconise également d’ajouter à la liste des professionnels autorisés à vacciner, mais seulement en centres : les manipulateurs d’électroradiologie médicale ; les techniciens de laboratoire; les vétérinaires et les étudiants en deuxième année de médecine (sous réserve d’avoir réalisé leur stage infirmier), en deuxième cycle et troisième cycles de médecine, odontologie, pharmacie et en maïeutique, ainsi qu’aux étudiants en soins infirmiers en deuxième et troisième années de formation.

Par ailleurs, la HAS s’est dite favorable à ce que « les pharmaciens et les vétérinaires puissent procéder à l’intégralité de l’administration du vaccin, y compris la préparation des doses ». L’autorité sanitaire suggère également d’élargir la liste aux professionnels retraités volontaires -pharmaciens, infirmiers, médecins, sages-femmes, vétérinaires, chirurgiens-dentistes, manipulateurs d’électroradiologie et techniciens de laboratoire- et aux professionnels de la réserve sanitaire. L’instance note que les personnels habilités à administrer ou à injecter le vaccin devront tout de même suivre une formation spécifique.

Prescriptions des vaccins élargies

Actuellement, la prescription des vaccins contre le Sars-CoV-2 en ville et en centres de vaccination est limité aux médecins, sages-femmes et pharmaciens d’officine. La HAS souhaite inclure, après le suivi d’une formation, les pharmaciens mutualistes et des secours miniers, les chirurgiens-dentistes et les infirmiers en pratique avancée.

Lire le détail de l’Avis du 25 mars 2021 du collège de la Haute Autorité de santé relatif à l’élargissement des compétences vaccinales dans le cadre de la campagne de vaccination de masse contre le Sars-CoV-2.

 

Sources : Haute Autorité de Santé et APMnews

 

Publié par lsp dans COVID 19 : actualités
3 questions à Bernard Briatte, Président de l’URPS Chirurgiens-dentistes Occitanie

3 questions à Bernard Briatte, Président de l’URPS Chirurgiens-dentistes Occitanie

Un an après le début de l’épidémie : qu’est-ce que le Covid a changé à votre profession ?
Les chirurgiens-dentistes sont des professionnels de santé habitués à manier et à porter du matériel médical de protection, comme le masque et les gants et à gérer le risque infectieux. Cette image hautement sécurisée de notre exercice ne fait que renforcer le professionnalisme de la profession. Ceci étant, avec la crise sanitaire, les chirurgiens-dentistes ont dû renforcer leurs mesures de précaution. Ce qui s’est traduit par repenser l’organisation des rendez-vous et la gestion des soins (les cabinets soignent moins de patients), et le respect de protocoles d’hygiènes stricts (la protection des patients et des praticiens nécessite plus de matériel).

Comment se protéger en tant que professionnel ?
Les chirurgiens-dentistes sont clairement les professionnels de santé les plus exposés. Ils sont pourtant moins contaminés que les autres professionnels de santé. Discipline et rigueur sont sans doute les clefs de voute de cette protection
Si cette crise n’a pas entaché leur moral (73% des praticiens restent globalement satisfaits de leur métier malgré la crise contre 79% en 2019, cf Information dentaire 12/2020), elle a par contre sans aucun doute remis fortement en évidence l’importance du bien-être au cabinet dentaire.

Est-ce que le Covid a modifié votre rapport aux patients ?
Contrairement au reste de la population qui est majoritairement en télétravail, les chirurgiens-dentistes sont au contact humain tous les jours. Le rôle sociétal du chirurgien-dentiste est renforcé. Instaurant un rapport d’empathie face à la douleur de ses patients, le chirurgien-dentiste se trouve dans une position valorisante, alors même que la société et en crise.
Mais au quotidien, la communication « non verbale » est plus difficile avec les masques.

Que vous permet votre organisation en URPS ?
L’URPS a permis l’obtention des EPI indispensables à la reprise : la recherche et l’achat d’équipements de protection individuelle (EPI) par l’URPS ont permis que les gardes soient assurées en toute sécurité dans toute la région et que les praticiens puissent reprendre leur activité dès le déconfinement.

Aussi, l’URPS a permis d’informer nos confrères, notamment par la mise en place d’un éco-système digital (site internet et page Facebook). L’URPS informe les praticiens occitans des dernières actualités sur la Covid que ce soit en lien avec leur exercice professionnel ou leur environnement de santé.

Et demain, comment améliorer cette organisation ?
Cette crise sanitaire a mis en évidence la nécessité de renforcer « l’interpro » pour une meilleure communication à destination des professionnels de santé. Renforcer l’union des professions de santé libérales, par la mutualisation de leurs outils et moyens de communication, permettrait une meilleure synergie à destination des professionnels de santé en cas de force majeure.

Publié par lsp dans COVID 19 : la parole aux URPS