Covid-19: l’arrivée d’une pédopsychiatre au conseil scientifique est un « message très fort »

La pédopsychiatre Angèle Consoli a estimé que son entrée au conseil scientifique était un « message très fort » et signe de l’intérêt majeur porté aux patients souffrant de troubles psychiatriques ainsi qu’à « tous ceux qui sont éprouvés psychologiquement par la pandémie qui dure », mercredi lors d’un point presse en ligne.

Jean-François Delfraissy, président du conseil scientifique (fort actuellement de 17 membres) n’a pas souhaité parler de la position du conseil scientifique quant à la situation épidémiologique actuelle ; mais a toutefois indiqué que le conseil scientifique avait « produit une série de notes et d’avis pour les autorités politiques de ce pays depuis maintenant un mois », et que le gouvernement « les rendra publics quand il le souhaitera » – le dernier avis mis en ligne sur le site du ministère des solidarités et de la santé est daté du 12 janvier.

Variants et contrainte sociale

« Nous avons dans notre radar deux grandes directions », a ajouté Jean-François Delfraissy.

La première est consacrée aux aspects fondamentaux de la diffusion des variants du Sars-CoV-2, avec des questions telles que: « Est-ce qu’un variant peut être un protecteur vis-à-vis d’un autre variant ? Est-ce qu’ils vont se multiplier ou au contraire ne pourront plus produire de nouveaux variants au bout d’un moment ? Est-ce qu’il y a des échappements immunitaires qui se passent ? », a énuméré le président du conseil scientifique.

La deuxième direction est une « réflexion de moyen terme » sur « comment gérer cette pandémie sur la durée, en s’appuyant sur des données scientifiques qui permettent peut-être aussi de libérer un certain nombre de contraintes sociales » et de « laisser une place plus importante aux sujets sociétaux ». Le Pr Delfraissy a dans ce cadre évoqué la publication, jeudi dans le Lancet Public Health, d’une lettre qu’il a rédigée avec quatre autres membres du conseil scientifique. Cette lettre décrit « [notre] pensée sur comment à la fois gérer l’évolution du virus, gérer l’échappement immunitaire et gérer cette vision un peu nouvelle de comment s’engager sur une vision sociétale ».

Dans cette lettre, ils formulent vivement « que la stratégie de confinement-déconfinement n’est plus adaptée pour lutter contre la pandémie de Covid-19 » et s’élèvent pour une « nouvelle approche » fondée sur « un contrat social clair et transparent » entre les générations, car le Covid-19 ne cesse de durer.

Un impact psychologique avéré de la crise sanitaire

Angèle Consoli a effectivement considéré que l’entrée d’un pédopsychiatre au conseil scientifique était un « message très fort », montrant l’intérêt majeur porté aux patients présentant des troubles psychiatriques ainsi qu’à « tous ceux qui sont éprouvés psychologiquement par cette pandémie qui dure ». Elle a notamment rappelé que l’impact psychologique de la crise sanitaire était « avéré » et que Santé publique France (SPF) avait mis en évidence un « niveau élevé » de symptômes anxieux et dépressifs et d’idéations suicidaires.

 

La pédopsychiatre a pointé qu’il y avait cinq types de populations très à risque :

  • les malades du Covid (qui peuvent présenter des symptômes persistants notamment d’ordre psychologique)
  • les personnes ayant au préalable des troubles psychiatriques, une addiction ou un handicap
  • les personnes âgées (qui sont des populations très vulnérables et qui souffrent peut-être davantage de l’isolement)
  • les jeunes
  • les soignants (qui sont « confrontés au quotidien à des enjeux éthiques et émotionnels »).

Deux facteurs de risque sont centraux, pour Angèle Consoli : « la précarité et l’isolement social, aggravé par les mesures de restriction ». Le président de la Société française de gériatrie et gérontologie (SFGG) a souligné qu’il travaillait avec le conseil scientifique depuis le début de la première vague. La société savante « essaie d’avoir une vision intégrative depuis le début de la pandémie », avec une approche « par nature » médicopsychosociale, a fait valoir Olivier Guérin.

Source : APMnews, Le Monde

 


< Retour à la revue de presse